OCCE

Publié le par La Poterie

Vous trouverez ci-joint la lettre type de l'OCCE qui explique sa raison d'être et sa fonction dans l'école. Les écoles de part leur nature ne peuvent gérer d'argent en fonds propres. Pour pouvoir accéder aux subventions de la mairie, à celles du comité d'animation , etc …, il est nécessaire d'avoir un compte bancaire.  Celui-ci est ouvert par le biais d'une association coopérative,  l'OCCE.
Dans le texte suivant, vous trouverez toutes les explications nécessaires.

 
Office Central de la Coopération a l'Ecole
ASSOCIATION RECONNUE D'UTILITE PUBLIQUE
Association Départementale
D’Ille et Vilaine

Téléphone : 02.99.50.06.58
Télécopie : 02.99.50.03.61
E-Mail : ad35@occe.coop

Site web : www.occe.coop



Note aux parents



La Coopérative scolaire :
une association d’élèves et d’adultes à l’Ecole,
au service d’une éducation citoyenne, responsable et solidaire



Comme à chaque rentrée scolaire, il va être question dans toutes les écoles de la Coopérative scolaire. Mais combien de parents connaissent-ils réellement les objectifs poursuivis par cette dernière ? Combien savent-ils simplement à quoi est utilisé l’argent qui leur est demandé ?

Les Coopératives scolaires sont définies depuis la circulaire du Ministère de l’Education nationale du 23 juillet 2008 comme « des regroupements d’adultes et d’élèves qui décident de mettre en œuvre un projet éducatif s’appuyant sur la pratique de la vie associative et coopérative ».

Le but des coopératives scolaires est, avant tout, d’éduquer les élèves (par l’apprentissage de la vie associative et la prise de responsabilités réelles en fonction de leur âge) à leur futur rôle de citoyens.
La coopérative, c’est l’éducation citoyenne en actes, et cet objectif dépasse largement les problèmes
financiers auxquels elle est souvent associée.
A ce sujet, il est nécessaire de rappeler que la coopérative scolaire n’a surtout pas pour but de se substituer aux obligations des collectivités territoriales concernant les charges d’entretien des bâtiments et de fonctionnement des écoles publiques. Elle ne doit contribuer ni à la réalisation de travaux, ni à la location ou l’achat de moyens d’enseignement (photocopieur, manuels ou fournitures scolaires), ni au financement des activités obligatoires intégrées dans le Projet d’Ecole et soumises au Conseil d’Ecole.
Il ne saurait y avoir de confusion dans ce domaine.

Les principes généraux du fonctionnement de la coopérative scolaire sont ceux de toute association : gestion démocratique, rigueur et transparence comptables.
Comme toute association, elle a des projets et peut avoir besoin de fonds pour les réaliser.
Plusieurs sources de financement permettent son fonctionnement : subventions des collectivités, fêtes, kermesses, ristournes sur la vente de photographies scolaires…
La plupart du temps, en début d’année scolaire, il est également proposé aux familles une participation financière sous forme de dons.
Il ne peut s’agir que d’un soutien volontaire et modique, qui manifeste la volonté de soutenir les actions de la coopérative de l’école ou de la classe.
Mais l’aide que les parents peuvent apporter à la vie de l’association ne se limite pas à la seule contribution financière et ils prennent souvent une part active indispensable à la réalisation des projets de la coopérative.

Pour toutes ces raisons, l’ouverture de la coopérative à l’ensemble des partenaires de la communauté éducative est une nécessité qui implique une réelle volonté de transparence, un souci de dialogue et une confiance sincère dans la volonté de mettre en place un indispensable partenariat
co-éducatif au service des élèves.

Les coopératives scolaires des écoles maternelles et élémentaires sont, dans leur grande majorité, affiliées à une association départementale de l’Office Central de la Coopération à l’Ecole. (1)
Les coopératives scolaires adhérentes de l’OCCE paient une cotisation (2) qui leur donne accès à de multiples services.
Du fait de leur appartenance à une grande association nationale reconnue d’utilité publique, les coopératives scolaires OCCE bénéficient tout d’abord d’une reconnaissance légale et d’une reconnaissance institutionnelle certaine.
Elles reçoivent des bulletins et des outils pédagogiques, permettant la mise en place d’une réelle vie
associative et coopérative.
Elles ont la possibilité de participer aux projets organisés par la Fédération nationale et l’association
départementale dont elles dépendent : projets culturels, scientifiques, d’écriture, actions de solidarité nationale ou internationale, actions autour des droits de l’enfant…
Les classes sont alors accompagnées pour cela : en effet, l’affiliation à l’OCCE permet aux responsables des coopératives de bénéficier de conseils juridiques, comptables, pédagogiques.
La reconnaissance de l’Education Nationale permet, enfin, aux enseignants de participer aux formations organisées par l’OCCE.

L’affiliation de la coopérative à l’OCCE témoigne de la part des enseignants d’une volonté éducative ambitieuse et de l’adhésion à son projet.
Articulées autour de pratiques pédagogiques spécifiques et des valeurs de la « coopération » (solidarité, entraide), les coopératives scolaires représentent un puissant levier éducatif pour la construction de citoyens autonomes et solidaires.
Participer activement à la vie de la coopérative de la classe, de l’école, mettre en place des projets, en rechercher éventuellement les financements, c’est apprendre à débattre, à décider, à mettre en oeuvre, à évaluer…
C’est « apprendre à apprendre et à vivre avec les autres, par les autres et pour les autres, et non pas seul contre les autres ».
 
Nous espérons que tous les élèves vivront, grâce à la coopérative, au sein de leur classe et de leur école, une année scolaire 2009/2010 riche en projets coopératifs qui concourent à la formation de citoyens autonomes, responsables et solidaires, dans le cadre des programmes en vigueur.

Patricia LETONDU                        Yves POTEL

Présidente de l’OCCE 35                    Président de la fédération nationale

(1)(1) Créé en 1928, l’Office Central de la Coopération à l’Ecole (OCCE), Fédération nationale d’associations départementales, est reconnu d’utilité publique, agréé par le Ministère de l’Education nationale, et reçoit le soutien financier de l’Etat pour développer ses actions à destination des coopératives et promouvoir son projet. L’OCCE fédère aujourd’hui près de 55 000 coopératives scolaires.

(2)(2) La cotisation à l’OCCE, qui varie d’une association départementale à l’autre, est en moyenne, sur le plan national, d’un euro et cinquante centimes par élève.

Publié dans Coopérative d'école

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article